Avant l’initiation des traitements anti-résorptifs osseux

BIENVENUE SUR CE SITE D'INFORMATION consacré à la prise en charge des OstéoNécroses de la Mâchoire (ONM) associées à l'utilisation d'agents anti-résorptifs osseux chez des patients adultes atteints d'une affection maligne avancée avec atteinte osseuse.

Ce site est dédié aux dentistes, aux stomatologues et aux professionnels de santé spécialisés en oncologie.
Si vous êtes un patient, veuillez vous référer à votre dentiste pour toutes questions supplémentaires.
Êtes-vous un dentiste, un stomatologue ou un professionnel de santé spécialisé en oncologie ?

OUI

Chapitre 3Prévention de l’ONM

3.1 Avant l’initiation des traitements anti-résorptifs osseux (1,8,11,12,13)

Avant l’initiation du traitement anti-résorptif osseux, l’objectif est de minimiser le risque d’ONM.
  • Prise de décision multidisciplinaire en accord avec le médecin prescripteur, au cas par cas. (8)
  • Identifier les patients à risque (pathologies malignes) (8)
  • Bilan dentaire systématique (clinique et radiologique) (1)
  • Être attentif aux conditions d’initiation du traitement anti-résorptif osseux en cas de lésion non cicatrisée (1) L’instauration du traitement anti-résorptif osseux ou d’un nouveau cycle de traitement anti-résorptif osseux doit être retardée en cas de lésions des tissus mous non cicatrisées dans la bouche (11)
  • Evaluation de la balance bénéfice/risque pour le patient et le degré d’urgence pour débuter le traitement (ex : pathologie maligne) (8)
  • Une cicatrisation muqueuse complète des sites d’extraction dentaire doit être obtenue avant de débuter l’agent anti-résorptif osseux (soit 2 à 3 semaines) (12,13), et dans la mesure du possible la cicatrisation osseuse complète qui nécessite un cycle osseux, soit environ 120 jours. (1,12) Le patient doit être convoqué après 4 semaines pour vérifier la cicatrisation des muqueuses, puis à 2, 3 et 4 mois pour s’assurer radiologiquement de la cicatrisation osseuse.*
  • Porter une attention particulière aux patients portant des appareils dentaires (prothèse mal ajustée, blessures au niveau des gencives…) (12)
  • Sensibilisation du patient à l’importance d’une bonne hygiène buccale et la suppression de la consommation alcoolo-tabagique (8)
* Avis de l’expert : Dr Cairon-Lejeune, Chirurgien-dentiste